KOBOO, le vélo 2.0 made in Auvergne

La deuxième édition du concours Auvermoov, lancée en septembre 2017 par le SMTC, vient de récompenser quatre startups incarnant les modes de transport du futur. Parmi les lauréats, la startup KobOO, implantée à Clermont-Ferrand.
Faire du vélo grâce à son smartphone… C’est l’idée de la start-up clermontoise KobOO, qui a mis au point un système de location innovant. Déjà testé à Royan l’été dernier, le système est en train de se déployer sur différents sites touristiques en France, dont la ville de Châtel-Guyon. « Nous avions envie de vivre une aventure entrepreneuriale dans le digital, en mode start-up. C’est dans le domaine de la mobilité, et plus particulièrement du vélo que nous avons identifié le plus de potentiel ». Sur la base de ce constat, Julien Coinchon, 39 ans, chef d’entreprise ingénieur de formation et Eric Boucomont, 41 ans, également entrepreneur, se sont associés l’an dernier pour concrétiser leur rêve de startupers.
« L’offre de location de vélo n’est pas assez développée en France et surtout, jusqu’à présent, elle n’était pas digitalisée », soulignent les deux co-fondateurs de KobOO. C’est ainsi qu’est née l’idée d’un « Vélib » amélioré qui se louerait avec un simple smartphone. En quelques semaines seulement, les deux associés mettent au point un système de location de vélo connecté, en partenariat avec le CFPI, un bureau d’étude pour l’industrie basé dans la banlieue clermontoise ; la société auvergnate Exotic System, reconnue pour son savoir-faire dans le monde des objets connectés, la start-up Openium, capable de mettre au point des technologies mobiles et l’agence de communication « Les pirates ».


10 000 vélos d’ici trois ans
Résultat ? Deux innovations majeures sont mises au point en un temps record. Digitale d’abord via une application sur smartphone qui permet de payer la location et la caution, de déverrouiller le cadenas entravant le deux-roues et de suivre le parcours du vélo grâce au GPS, qui renseigne en même temps sur les principaux sites touristiques locaux. Deuxième avancée importante, une révolution d’usage : « tous les vélos sont destinés à des déplacements urbains. Nous avons souhaité nous adapter à un usage touristique, et grâce à notre système, on peut s’adapter à un parc de vélos déjà existants », soulignent les deux associés.
Après la signature d’un premier contrat en mars 2017, avec, la très touristique cité balnéaire de Royan, sur la côte Atlantique, KobOO a des rêves de grandeur. L’étape suivante est de se structurer commercialement, trouver des partenaires financiers et industriels pour aller encore plus vite. Ce marché de location en « free-floating » développé par les Chinois est en train de débarquer en France. La start-up auvergnate espère donc rapidement lever des fonds de manière conséquente et ainsi consolider son offre en se différenciant pour rester innovante. Prochaine étape : déployer un parc de 10 000 vélos d’ici trois ans.

Un article de Geneviève Colonna d’Istria paru le 2 février 2018 

Lire l’article : http://www.newsauvergne.com/detail_actu.php?id=9918

Veuillez remplir tous les champs obligatoires.
L'email est invalide.